My Skin Story

My Skin Story

My Skin Story, l’histoire de ma peau.

Ça fait longtemps que j’ai envie de faire cet article. C’est une vidéo sur YouTube ayant le même titre qui m’a inspirée. C’est une jeune fille qui comme moi, a souffert d’acné une bonne partie de sa vie et qui, dans sa vidéo, parle de tout ce qu’elle a fait et essayé pour s’en débarrasser. Si tu as une belle peau sans problème majeur, tu trouves sûrement ça étrange que je te parle de mon histoire de peau. Mais si comme moi, tu as de l’acné, ou tout autre problème cutané, j’espère que tu pourras te retrouver un petit peu dans mon histoire et surtout, te rendre compte que tu n’es pas seul dans ce combat. 

Une autre raison pourquoi je voulais faire cet article, c’est aussi car aussitôt que je mentionne que j’ai un bouton ou que ma peau ne va pas très bien à travers un vlogue, je reçois beaucoup de conseils.  »Arrête les produits laitiers, prends Accutane, essaye ce produit… » Bien qu’ils soient bien intentionnés, parfois, je dois avouer que j’ai l’impression de toujours devoir répéter que j’ai tout essayé. Et quand je dis tout, c’est TOUT. 

J’ai commencé à avoir de l’acné en 5e année du primaire, donc vers 10-11 ans il me semble. C’est très jeune si vous voulez mon avis. Aucune de mes amies n’en avait et on me demandait souvent avec dédain ce que j’avais entre les sourcils (c’est l’endroit où mon acné est apparue en premier). Je pense qu’à l’époque, mon médecin de famille m’avait prescrit une lotion à appliquer localement. Ce n’était pas désastreux comme acné mais assez pour être tannant.


Quand j’ai eu mes règles vers 14 ans, je suis allée voir un dermatologue quelques mois plus tard. (C’est la seule fois où je suis allée en voir un d’ailleurs. Je n’ai pas apprécié l’expérience, c’est peut-être pour ça, mais je me suis promis d’aller en voir un autre bientôt.) Bref, j’ai été 5 minutes dans son bureau et même si j’avais à peine eu mes règles, il m’a prescrit la pilule contraceptive… que j’ai prise pour les 10 années suivantes. Ouff. Je pense que j’étais trop jeune pour comprendre ce dans quoi je m’embarquais. Cela m’a aidée, mais comme pour aujourd’hui, mon acné vient par phases donc il y a des années où j’en avais beaucoup plus que d’autres. 

Je me souviens qu’en secondaire un, c’était la mode de s’attacher le toupet vers l’arrière pour se faire un petit  »pouf ». Si vous avez connu cette époque, vous comprenez. J’étais dans mon cours de musique et mon enseignante m’a dit devant les autres élèves que c’était très joli mes cheveux comme ça et que ça m’allait bien. Wow, comme ça fait chaud au coeur! Jusqu’à ce qu’un élève crie en arrière:  »moi je trouve ça dégueulasse car on voit tous ses boutons dans son front! ». S’en sont suivis les rires de toute la classe…

Plus d’un an après avoir débuté la pilule, mon acné n’allait pas mieux, mon médecin de famille m’a donc prescrit des tampons qui étaient tellement forts que mes yeux coulaient, en plus d’un traitement à prendre oralement. Je ne me souviens plus du nom, ça fait trop longtemps, mais ce n’était pas Accutane. Pas encore. Dans les années qui ont suivi, j’ai essayé plusieurs crèmes prescrites par mon médecin également. Toutes sans grand succès.

Vers 15-16 ans, je suis retournée voir mon médecin de famille qui me prescrit finalement Accutane. J’étais vraiment contente. Je me disais:  »Enfin, je vais être débarrassée de mon acné! ». Je me souviens, j’étais en secondaire 4 et j’appliquais du baume à lèvres non-stop dans mes cours. J’avais tellement les lèvres sèches. Je n’ai pas eu d’effets secondaires indésirables à part pour les lèvres sèches. Ma peau et mes cheveux étant tellement gras à leur état naturel que j’ai l’impression que ça faisait un équilibre. 4 mois plus tard, plus de boutons, enfin! J’arrête donc Accutane. Quel bonheur! Je pouvais me réveiller le matin et commencer ma journée sans passer plusieurs minutes à essayer de camoufler mes boutons. Ça m’a beaucoup aidé avec ma confiance en moi. Donc de 15 à 18 ans, ma peau allait relativement bien. Quel soulagement!

Je dois aussi mentionner qu’à travers toutes mes années de secondaire, j’ai essayé divers traitements prescrits par mon médecin mais aussi une tonne de produits en vente libre. Des plus chers aux plus abordables. J’ai essayé le fameux SpectroJel qu’on voyait partout à l’époque, Clean n’ Clear, Proactiv, les produits naturels, etc. J’ai essayé de ne prendre aucuns produits laitiers pendant plusieurs mois, sans succès. Même chose avec un paquet de catégories d’aliments différents. 

Vers 18 ans, j’ai recommencé à avoir de l’acné intense, j’ai repris Accutane… 4 mois encore. Mais dès que j’ai arrêté, quelques vilains boutons revenaient à l’occasion. Je prenais encore la pilule à cet âge. Je m’en souviens, c’était à mes débuts sur YouTube. Ma peau n’était vraiment pas si pire à cette époque. Je vivais relativement bien avec mon acné occasionnelle en me disant que j’avais connu pire. Vers 22 ans, j’ai eu la plus grosse poussée d’acné de ma vie. Avant, j’avais des petits boutons mais en grand nombre je dirais et parfois, des plus gros, plus profonds, sous la peau. Là, ce n’était que des gros boutons douloureux. Je me sentais complètement défigurée. Si j’avais le malheur d’en accrocher un, mes yeux pleuraient tout seuls tellement ça faisait mal. Je commençais ma relation avec Samuel et c’était très difficile sur mon estime et mon moral. Je me maquillais aussitôt que je sortais du lit. Je me souviens que j’annulais souvent des sorties car j’avais trop honte de ma peau. Je me réveillais le matin et j’allais aussitôt me regarder dans le miroir pour voir si ma peau n’avait pas guéri par miracle durant la nuit. Je me souviens d’avoir beaucoup pleuré… En plus, je faisais beaucoup de vidéos de maquillage, des tutoriels par exemple, et même si c’était très difficile pour moi de me présenter comme ça sur YouTube, je voulais le faire pour les gens qui souffrent comme moi d’acné et aussi car YouTube, c’était mon  »safe space ». Faire des vidéos, ça me faisait du bien.

Ça peut sembler un gros mot, souffrir. Mais je vous jure que oui, c’est souffrant. Peut-être pas physiquement, même si certains boutons sont parfois tellement enflammés que ça fait mal, mais à l’intérieur, oui. Pendant trop longtemps, je laissais mon acné me définir. Je me disais que les gens ne voyaient que ça. Je ne voulais pas qu’on soit trop près de moi, je fuyais les regards, honteuse. Vous savez que j’adore jouer avec le maquillage mais me maquiller pour cacher mon acné, ça me décourage. J’ai l’impression que ça me rappelle encore plus l’état de ma peau. C’est pourquoi, souvent, quand ma peau ne va pas bien, je la laisse telle quelle. Ça m’aide à l’accepter, à rationaliser. Ça m’aide à voir qu’il n’y a pas que de l’acné dans mon visage. 

Je suis allée voir mon médecin à ce moment-là et elle m’a dit je la cite:  »Ce n’est pas la fin du monde l’acné » tout en me prescrivant la pilule Diane-35. Supposément la plus efficace pour les boutons. Naturellement, pour moi ce fût l’effet inverse. Je l’ai prise pendant près d’un an pour essayer que mon corps s’adapte mais sans succès. Ma peau était encore pire! Découragée, j’ai décidé d’arrêter la pilule, tout simplement. Ça a beaucoup aidé ma peau. Au départ, il m’a fallu un bon trois mois d’ajustement je dirais, mais mon acné s’est calmée. J’en avais encore, mais moins. 

Tout ça nous mène donc à aujourd’hui. Je sais maintenant que mon acné est hormonale (le cas d’acné le plus difficile à traiter). Plusieurs aussi m’ont demandé si j’avais le SOPK (syndrome des ovaires polykystiques) mais non, j’ai été testée et tout est ok. Lorsque j’étais enceinte, ma peau était super belle, j’étais aux anges! Jusqu’à 6 mois post-partum environ, aucun bouton à l’horizon. Wow! J’espérais que ça continue mais non… Dans la dernière année, j’ai dépensé tellement d’argent à tout essayer. J’ai essayé les produits les plus chers et qui fonctionnent supposément pour tout le monde. J’ai acheté pratiquement chaque produit que mes abonnés me recommandaient ici et là. Rien ne fonctionne. Je suis donc simplement revenue à la base. Je fais attention à ce que je mange, je bois beaucoup d’eau, j’utilise des cosmétiques 100% naturels et très doux qui n’agressent pas ma peau.

J’aurais aimé terminer l’article en vous disant que j’ai trouvé le remède miracle à mon acné, mais ce n’est pas le cas. Je peux vous dire, par contre, que même si ma peau n’est pas parfaite, je ne laisse plus son état définir mon bonheur. Je sais que même si c’est difficile parfois de se réveiller le matin et de ne pas y voir ce qu’on voudrait dans le miroir, ça ne fait pas de moi quelqu’un avec une moins grande valeur. Je sais que mon chum me trouve belle et qu’il m’aime, acné ou pas. Sam ne m’a jamais fait de remarque et il me supporte quand je vis un petit découragement. Ça fait beaucoup de bien d’avoir quelqu’un qui nous comprend. Je sais que lorsque que je rencontre des gens, ce n’est pas la première chose qui leur saute aux yeux.  Même si c’est franchement désagréable par moment, je suis reconnaissante de ne pas avoir de problème de santé majeur. 

En ce moment, je prends une pause d’essais de traitements de toutes sortes. L’acné hormonale ne peut pas vraiment être réglée par des produits car ça se passe à l’interne. Je suis fatiguée de focaliser là-dessus et de toujours être en quête de la solution. Je choisis donc de vivre avec ma peau imparfaite pour pouvoir profiter de la vie et focuser sur les choses qui sont plus importantes pour moi: ma paix d’esprit, mon bonheur et celui des gens qui m’entourent. Les seules choses que mon acné peut m’empêcher de faire, c’est moi qui me les impose.

laisser un commentaire

tous les commentaires

Géraldine

Géraldine

August 15, 2020

Merci beaucoup pour ce super article et pour ce partage !

Cela fait beaucoup de bien de savoir qu’on n’est pas la seule à être passée par là, car c’est aussi ce qui est difficile avec l’acné ! Cela peut faire perdre confiance en soi et ce sont des témoignages comme le tien qui aide à se sentir mieux.
Et je trouve super que Sam ne te fasse jamais de remarques à ce sujet, c’est quelqu’un de bien lui aussi, et c’est ce que j’apprécie beaucoup chez vous.

Bises depuis la France où je suis tes vlogs avec beaucoup de plaisir !

Éliane

Éliane

December 28, 2019

WoW Alex!!!
Ton texte me touche beaucoup… je vis sensiblement la même chose… j’ai commencé à avoir de l’acné Vers 11 ans et elle c’est empiré vers 15-16 ans. J’ai donc eu recours vers Accutane pendant 1 an et j’ai vu une grande amélioration de l’état de ma peau. Partie l’acné! J’etais Tellement soulagée!!! 3 ans plus tard elle c’est manifesté de nouveau… Et depuis maintenant presque 1 an je vis au quotidien avec un nouveau bouton qui apparaît, ma peau qui a mal et mon estime qui prend un coup.
Moi aussi, j’ai tenté de régler le problème en essayant tous les produits inimaginables. Des nettoyants, aux crèmes en passant par les médicaments miraculeux. Rien de tout ça fonctionne.
Depuis peu, moi aussi je laisse ma peau vivre en utilisant que des produits naturels et rien d’abrasif. Même si ce n’est pas toujours facile de vivre dans l’inconfort de sa peau sous l’oeil du public… laisse moi te dire que sa travaille la confiance en soi!
Bref, tout ça pour dire que je te comprend et que ton texte me rejoint énormément!
Merci pour ces mots. 😇

Gabrielle Lachance

Gabrielle Lachance

November 21, 2019

Bravo pour ce texte. Ça prend du courage pour tout raconter. Mais non ton acné ne te définit pas. Tu es tellement belle et inspirante. Bravo et continue de nous créer tes beaux contenus et de nous partager tes partenariats 🙂

Karolyn

Karolyn

November 21, 2019

Quel beau texte sincère.
C’est la troisième fois que je viens lire ton texte puisque je suis dans une période d’acné plus intense et ça me remonte le moral de te lire.
Au contraire de toi, je n’ai jamais eu d’acné. Jusqu’à mes 22 ans je n’ai même jamais été maquillé (sauf mascara) et même pas besoin de crème hydratante ou de savon pour la peau. Puis ma pilule contraceptive a commencé à me rendre malade et je l’ai arrêter. Ouff l’acné horrible, comme tu le décris les gros boutons sous la peau qui font mal juste à les accrocher. À ce moment la, j’ai acheté tout le maquillage possible. Au bout d’une année j’ai tenté un médicament (microcycline il me semble) puis tout à disparue. J’ai repris la un autre contraceptif et m’a peau est revenu super belle. Maintenant après deux grossesses rapprochées j’ai décidé de ne pas reprendre d’hormone de contraception et tadam l’acné qui est revenue. En plus d’un retour au travail, j’ai changé de travail. J’étais tellement gêné de commencer mon travail avec mon acné. Surtout que je ne me maquille pas vraiment. Je me dis que le mieux pour ma santé mentale est d’accepter et de me dire que les gens ne voient pas juste ça. Je me suis procuré des bons produits qui je l’espère vont apporter une stabilité à ma peau.
Merci d’avoir partagé le bien que ça me fait de te lire 🙂

Carolanne Dugas

Carolanne Dugas

October 26, 2019

Salut Alex,

Ton histoire est tel identique, des montagnes russes, porter un étiquette de maladie… oui c’est moi, c’est ce qui me définie aussi. J’ai consulté une thérapeute en PNL (Programmation Neuro Linguistique) cest comme de la hypnotherapie, aussi thérapie personnel intérieur, pour justement arrêter de porter cette maladie que nous nous imposons a vouloir toujours chercher une solution.. j’ai eu un enfant aussi qui a 20 mois aujourdhui, pendant ma grossesse comme toi ma peau a été clarifié sans aucun bouton, mais après un an c’est revenue, mais j’ai des phases comme toi, c’est comme a chaque transitions des saisons que la peau ce réadapte et fais des plus grosses poussés, c’est hormonales oui, mais j’apprend a ne plus m’en faire avec sa.. j’ai envie d’inspirer les gens avec mon parcours, mais d’une façon qui me fais vibrer, je fais des savons artisanaux depuis presque 3 ans déjà, si tu veux en savoir plus sur moi http://www.lessavonscoeurnature.com, je fais moi même mes cosmétiques qui me font du bien a l’égo et en paix avec ce que je consomme. J’ai une soif d’apprendre sur les cosmétiques..je suis esthéticienne de métier mais je ne pratiques plus, je cherche a faire autres choses avec mon domaine. 🙂 j’espère que tu m’a lue…

Carolanne 🙂

Élisabeth

Élisabeth

October 21, 2019

Si tu savais comme ton texte m’a fait du bien… Nous avons la même âge, je te suis depuis longtemps et j’ai vécu une histoire similaire. Dans mon cas, même si je n’ai pas apprécié le fait de prendre la pillule, la Diane 35 fut une solution plus ou moins acceptable. Depuis 5 mois je l’ai arrêté parce que je tente de tomber enceinte et quelle montagne russe d’émotion je vis! Mon estime est au plus bas, mon acné revient me hanté comme à l’adolescence. J’ai aussi un chum hyper compréhensif, qui m’aime tel que je suis. Mais te lire m’a fait du bien, m’a fait comprendre que je ne suis pas seule dans cette situation et que celles qui ne l’ont pas vécu ne peuvent comprendre l’impact surtout psychologique. Continu tout ce que tu fais et merci pour ce texte si représentatif!

Andreane

Andreane

October 18, 2019

Wow wow wow !! Merci Alex pour cet article ! Tu as su me toucher avec ton texte et tu m’as fait voir que nous ne sommes tellement pas seules avec ça. Tu as mis exactement les bons mots sur ce que c’est xxxx

Jennifer

Jennifer

October 17, 2019

Ma belle Alex, tu ne sais pas à quel point ton texte est apprécié. Merci de t’ouvrir et de partager ton histoire, je me sens soudainement moins seule… quel bien ça fait. xx

Anne-Sophie

Anne-Sophie

October 17, 2019

Salut Alexandra,

J’ai vis une histoire très semblable à toi par rapport à ma peau. J’essaie de faire comme tu dis et de l’accepter tout en lui faisant attention, mais c’est très difficile. Comme tu l’as expliqué, il y a tellement de produits sur le marché, j’espère encore en trouver un qui fera des miracles pour moi…
Merci de partager ton histoire et n’hésite pas à partager tes produits (skincare ou maquillage) qui fonctionnent le mieux pour toi, c’est difficile trouver des inspirations qui parlent de leur problème de peau et qui partagent sincèrement leurs trucs!

P.S. Les derniers petits vidéos/stories que tu nous as laissé avec tes looks naturels sont supers, tu es très jolie 😉

Noémie

Noémie

October 16, 2019

Ça fait du bien de te lire Alex. Merci ❤️

laurie potvin

laurie potvin

October 15, 2019

Alex tu as fait un petit baume sur mon cœur! Ici je ne peux pas dire que j’ai vécu la même chose que toi car adolescente je n’avais aucun bouton. Un petit de temps en temps quand j’avais mes règles mais je m’en sortais très bien. Et puis, je suis tomber enceinte de ma première…. ma peau a commencer a aller très mal au 3e trimestre. Boutons par dessus boutons et des maudits points noirs ( ou blanc au menton). Sur le visage et dans le dos. Des gros boutons qui font très mal car ils sont creux ou des petits boutons enflammés. Enceinte je me suis dit c’est hormonal, ça va partir quand j’accoucherai… Et bien NON! C’était rendu l’enfer. La seule choses que j’ai trouver qui m’aidais un petit peu, c’est de m’exfolier le visage avec un exfoliant très abrasif… Mon esthéticienne me l’a déconseillé mais bon… c’est tout ce qui marchait. J’ai eue une crème prescrite qui asséchait mes boutons et ma peau tout court mais je continuais a faire des boutons. J’ai eue un espèce d’antibiotique topique qui sentait l’alcool à friction qui n’a pas marché… Après un an a essayer de faire un autre bébé, j’ai eue le diagnostique des ovaires polykystiques. Ce qui expliquait pourquoi j’avais de l’acné, pourquoi j’avais de la misère a perdre le poids de ma première grossesse et le pourquoi je ne tombais pas enceinte. J’ai finalement réussis a perdre 27 lbs de peine et de misère et ma peau allais mieux vraiment (excepter pour les points noirs) et je suis retomber enceinte après 2 ans et demi d’essai. Ma peau allais très bien au premier trimestre et encore elle va de pire en pire depuis la moitié de mon deuxième trimestre. Le maquillage, je peux oublier cela car même si je prends des produits non comédogène, je fini avec des boutons. C’est dur pour l’estime… déjà que je suis pas a mon meilleur enceinte avec la fatigue… J’ai hâte d’accoucher pour essayer de reprendre la situation en main. En espérant que si je perds assez de poids, j’aurai la paix avec mon acné. ( les points noirs j’abandonne…. je vais me prendre un rendez vous pour un facial après avoir accouché). Merci Alex pour ton témoignage et je te souhaite de tout cœur de trouver une solution même si l’acceptation reste la meilleur des solutions. J’aimerais l’accepter moi aussi

Marilyne

Marilyne

October 15, 2019

Bonjour Alexanra,
Je te suis depuis quelques mois sur youtube et je dois te dire que j’ai un gros coup de coeur pour la personne que tu es. Si authentique et terre à terre. Ça fait toujours du bien de te voir dans divers moments de ton quotidien, notamment lorsque l’on te voit sans maquillage, ça m’inspire beaucoup et me réconforte…
Ton texte m’a vraiment fait du bien.Merci de t’ouvrir comme tu le fais, sur un sujet aussi délicat. Je comprends puisque de mon côté, c’est un problème de couperose et de rougeur au visage que je tente de couvrir depuis l’âge de 16 ans…je suis maintenant à 30 ans. Ça m’a empêché de faire tellement de chose dans ma jeunesse et encore maintenant aujourd’hui. Si tu savais le courage que ça me prend de me baigner librement, de me mettre la tête sous l’eau et d’affronter le regard d’autrui sur ma peau au naturel. Mais je le fais, graduellement… pour mes enfants qui sont tellement contents de s’amuser dans l’eau avec maman, eux qui n’ont aucun jugement.

Tout comme toi, je trouve ça difficile de voir autre chose que les rougeurs, de me trouver jolie au-delà de ce « défaut ». Mais j’ai aussi la chance d’avoir un conjoint qui me trouve belle avec ou sans maquillage, qui m’écoute quand le moral n’y est pas et qui ne manque pas une occasion de me complimenter.
Je crois que peu importe le traitement, au final c’est l’acceptation qui compte. L’acceptation qui est franchement difficile à faire mais qui est nécessaire afin de ne plus souffrir intérieurement. Je suis rendue au même stade que toi, c’est-à-dire tenter de laisser ma peau respirer le plus possible et m’habituer à me regarder dans la glace avec ma peau telle qu’elle est. C’est un travail quotidien mais j’ose croire que petit à petit nous y arriverons.
Merci encore pour ton authenticité et ton partage, je suis certaine que nous serons plusieurs à qui ton texte aura fait du bien.
Marilyne

Meygan Champoux

Meygan Champoux

October 15, 2019

Je te comprends tellement ! Je suis dans la même situation j’ai de l’acné de depuis mon adolescence et j’ai maintenant 28 ans ! L’acné d’ado n’a jamais passé et s’est transformé en acné hormonal aussi, mes boutons sont plus des kystes intérieurs qui laissent des cicatrices même si je n’y touche pas -_- Comme toi j’ai tout essayé Acutane, Antibiotiques toutes les crèmes de pharmacies et produits naturel, soins du visage etc…. rien n’y fait, un jour j’ai une belle peau et l’autre une face (de pizza) comme on dit. J’ai longtemps focus la-dessus tsé quand tout ce que tu remarques chez les autres filles c’est leur belle peau sans maquillage ! Mais depuis un certain temps j’apprends à m’aimer comme je suis, les gens nous trouvent belle malgré c’est boutons et parfois c’est simplement nous qui focalise trop sur ça. Comme tu le dis si bien ce n’est pas l’acné qui nous définie bien au contraire, et ça fait du bien de voir que nous ne sommes pas seule à vivre avec ce problème. Merci de partager ça avec nous.

Valérie

Valérie

October 15, 2019

Superbe belle article, Alex. 💙

Stéphanie

Stéphanie

October 15, 2019

Bonjour Alexandra,

J’ai beaucoup aimé ton article. Pour ma part, j’ai de l’acné d’adulte, des gros boutons qui font mal et qui ne partent pas vraiment. Je ne sais pas si c’est la même chose que de «l’acné hormonale» mais ça doit être relié puisque c’est majoritairement les femmes qui en souffrent et c’est pire à l’approche de mes règles et de mon ovulation.

J’ai toujours demandé conseil à mon médecin et rien ne fonctionnait. On me prescrivait des crèmes et la pilule contraceptive. Je suis allée voir une dermatologue il y a quelques temps et elle m’a prescrit du Teva-Spironolactone. C’est un médicament prescrit habituellement pour l’hypertension, mais qui à petite dose traite l’acné. J’avais beaucoup aimé cet article si tu veux te renseigner :
https://intothegloss.com/2015/03/spironolactone-acne/

Je sais que tout ça peut devenir lourd, que c’est vraiment dur pour l’estime et que pour l’instant tu souhaites vivre sans y penser, mais je voulais simplement te laisser savoir que peut-être ce médicament pourrait être une solution.

A+ xxx

Audréanne Murray

Audréanne Murray

October 15, 2019

Merci pour ton article ❤️ J’ai vécu beaucoup de stress et de peine en raison de mon acné. Au secondaire, je me préparais avec les lumières tamisées pour ne pas voir toutes mes imperfections dans le miroir. J’ai toujours eu l’impression que les gens me jugeaient et me trouvaient mal propre, et j’avais honte que les gens me voient ainsi. J’ai même dû consulter un psychologue en raison de ma faible estime de moi même. Il y a quelques mois, j’ai arrêté Acutane parce que j’avais toujours mal au ventre et de la difficulté à digérer des aliments qui avant, ne me posaient aucun problème! Après plusieurs années de consultations au dermatologue et de médicaments forts, je dois apprendre à aimer ma peau telle qu’elle est, mais aussi apprendre à accepter que tout n’est pas parfait. Ça ma fait du bien de lire : « Je suis fatiguée de focaliser là-dessus et de toujours être en quête de la solution. Je choisis donc de vivre avec ma peau imparfaite pour pouvoir profiter de la vie et focuser sur les choses qui sont plus importantes pour moi: ma paix d’esprit, mon bonheur et celui des gens qui m’entourent. » Let it be! ❤️

Jade Guité

Jade Guité

October 15, 2019

Wow Alex!
Je me reconnais 100% dans tout ce que tu dis. J’ai essayé les milles et unes crèmes que mon dermatologue m’a prescrite… Elle m’a déjà dit en regardant ma peau  »ilala… C’est sévère ton acnée! » quand même moi je me disais que c’était pas si pire… La pillule contraceptive, le timbre, l’anneau… Rien à faire. J’ai prit Accutane aussi pendant 6 mois et j’étais super contente des résultats, quand quelques mois après tout est réapparu, comme toi. Je te comprend tellement. On se sent moche, sâle et on a l’impression que notre peau sera jamais lisse et claire comme toutes les autres. Le visage est la première chose que l’on voit chez quelqu’un et j’ai toujours beaucoup de difficulté à laisser les pensées négatives de côté. Même si je me maquille pratiquement seulement 1 fois par semaine, si c’est pas aux 2 semaines, rien change. J’ai toujours autant d’acnée que si je me maquille. Les autres nous disent que ce n’est pas SI grave, mais ils ignorent comment c’est de vivre avec ce problème au quotidien… Merci pour ce texte qui fait du bien!

Laurie

Laurie

October 15, 2019

Je me reconnais tellement à travers ton histoire. J’ai dépensé des fortunes pour des produits qui, finalement, ne font que prendre la poussière.
Sincèrement, j’aurais aimé ça lire une histoire comme la tienne étant plus jeune. Tu as tellement, raison, il ne faut pas se laisser définir par nos boutons! Merci pour ton beau témoignage xx